PVT… L’arrivée (enfin) à Montréal

ça y est, on y est! Enfin, j’y suis…
Après tous ces mois de préparation, de choses à penser et à faire, après ces aux revoirs à la famille, aux amis, aux collègues… J’y suis.
Au moment de monter sur les marches de la passerelle au pied de l’avion, je pense à tout ça, à vous. Vous avez été nombreux à m’encourager sur cette voie, jusqu’aux dernières minutes.
Il y a encore les formalités à l’arrivée, rien n’est vraiment encore officiel tant que l’on n’est pas passé par le bureau de l’immigration. Mais je suis habitée par une force sereine. A aucun moment je me dis « mais qu’est-ce que je fous là??? ». Je n’ai qu’une envie, monter dans cet avion et arriver au Canada!

départ.jpg

Le vol a été super… Aucune turbulence, un repas sommaire mais correct. Apéro au vin rouge pour fêter ça, quand même. Et une surprise en arrivant. C’était le dernier vol du commandant de bord. Ce qui fait qu’on a eu droit à un accueil en grande pompe sur le tarmac avec les pompiers qui ont arrosé l’avion avec les lances à incendie. C’était émouvant quelque part.

arrivée

Le temps de reprendre mes esprits, je passe vers la douane et demande à valider mon PVT. On m’indique donc le bureau derrière les guitounes. J’entre, on me donne un numéro. Le D039. Je m’installe parmi une trentaine de personnes venues aussi valider un titre de séjour, un stage, un permis de travail temporaire. Enfin mon tour. Je me dirige vers le bureau C. Une femme m’accueille, me demande ma lettre d’introduction, l’attestation d’assurance et la preuve de fond. Je lui tends tout ça, elle examine le tout puis me dit « c’est tout bon, je reviens, je vais chercher votre permis de travail ». Je me rends compte que je touche du bouts des doigts mon rêve…

Une fois le précieux sésame obtenu, je récupère mes valises qui m’attendaient sur le tapis roulant. J’appelle un Uber et là, tout peut commencer.

 

Publicités