Le PVT… Kesako?

Vieux MontréalLe Vieux Montréal

Le PVT (Programme Vacances Travail) est un formidable outil qui permet d’avoir un visa qui permet de voyager, mais aussi de travailler dans pleins de pays.
Il s’appelle aussi le WHV, c’est à dire le Working Holiday Visa.
Pour cela, il faut que les pays passent des accords entre eux. Une fois ces accords passés, vous pouvez demander un PVT dans le pays qui correspondra à vos projets et envies. En fonction des pays, les conditions ne sont pas les mêmes pour accéder au PVT, de même que les démarches.
Les personnes qui partent en PVT sont communément appelées « pvtistes ».
Ici, je ne vous parlerai que du Canada, puisque c’est là-bas que je pars, dans le cadre d’un PVT, justement.
Vous pouvez tout de même retrouver pleins d’infos sur ce super site, la « bible » du PVT: www.pvtistes.net. Ce site est tenu par des pvtistes, anciens et actuels, les infos sont donc solides et fiables.

Pour prétendre à un PVT au Canada, quand on est ressortissant français, il faut avoir entre 18 et 35 ans, un passeport valide, des économies (2500$ minimum) et une assurance santé (maladie,hospitalisation, rapatriement pour la durée du PVT). Pas de visite médicale à faire, sauf si vous voulez trouver du travail dans le milieu médical.

img_1975Street art à Montréal

Avant que le PVT ne rencontre un vif succès, les candidatures se préparaient à la main, avec un dossier papier à envoyer, une lettre de motivation, etc… Puis devant le succès grandissant de ce dispositif, le gouvernement du Canada a voulu moderniser les démarches. L’envoi du fameux dossier devait se faire de façon dématérialisée. Mais attention, ça devait se faire un jour J, à une heure H. Inutile de vous dire que c’était la foire d’empoigne! C’était « premier arrivé, premier servi ». L’envie de partir était déjà là, mais devant la difficulté de décrocher le sésame, j’avoue que ça me rebutait un peu…

A force de partir en vacances aux USA ou au Canada, à chaque fois que je rentrais en France, c’était avec la boule au ventre de reprendre ma routine franco-française. Il fallait donc prendre une décision: une expérience à l’étranger était peut-être à envisager sérieusement. Le besoin de tenter de nouvelles expériences, de sortir de ma zone de confort était de plus en plus fort. J’ai donc pris la décision que je me donnais jusqu’à mes 35 ans pour partir et tenter cette aventure à l’étranger. Je me suis fixée un âge limite pour avoir un but. Je ne voulais pas que ça devienne le rêve inaccessible pour telle ou telle raison. Car en vrai, il y a toujours une bonne raison qui me faisait rester et repousser l’échéance.

Décembre 2015, le Canada ouvre la saison des demandes de PVT. Cette fois-ci avec un nouveau système. Ils se sont bien rendus compte que ces dernières années, ce n’était pas top. Entre ceux qui investissaient dans des logiciels pour booster leur connexion ou ceux qui demandaient à toute la famille de se connecter pour avoir une toute petite chance d’y arriver…
Cette fois-ci, j’ai le sentiment que c’est une méthode juste, accessible et simplifiée : on s’inscrit sur le site de l’immigration du gouvernement canadien. On créé notre compte CIC en répondant à quelques questions basiques (lieu de résidence, diplômes, âge, etc…), on sait rapidement si on est éligible au programme ou pas. Si on est éligible, bonne nouvelle… On est inscrit dans un bassin de candidats. Cette inscription est valable un an, le temps de la campagne de recrutement du PVT. Et il n’y a plus qu’à attendre qu’on nous tire au sort pour pouvoir déposer un dossier. Me voilà inscrite, le 1er décembre 2015 pour le PVT 2016.

Un mois passe, deux, quatre…. Jusqu’au jour où -nous étions le 29 avril 2016- je reçois un mail du gouvernement du Canada. Mais pourquoi le gouvernement du Canada m’écrit-il????
Le temps de retrouver mes codes d’accès, etc… (il se passe quand même 3 jours!), je vois enfin qu’ils m’ont tirée au sort pour présenter un dossier pour le PVT… J’ai reçu une invitation de la part du Canada! Hourra, sauts de joie dans l’appart, quelques larmes…. Le temps de retrouver mes esprits, je vois qu’en plus le dossier a été largement simplifié: on doit renvoyer un document avec le noms de nos parents et leur profession, un CV, une photo d’identité et la copie de notre passeport. C’est tout! Même plus besoin de justifier des fonds nécessaires, car maintenant c’est demandé quand on arrive sur le sol canadien (ce qui m’arrange bien, il faut le dire). Il faut tout de même payer le visa (250$). Si le gouvernement refuse le PVT, cette somme sera restituée, si finalement c’est moi qui refuse de partir, c’est pour ma pomme. Autant bien réfléchir avant de renvoyer tous les documents…
Le 13 mai 2016, j’envoie tous mes documents et je paie ces 250$. J’ai un message qui m’assure que le transfère des documents a bien eu lieu et que mon dossier sera étudié sous 8 semaines. Calcul fait, ça sera pour les vacances d’été. Super. Si la réponse est positive, je pourrais en parler au boulot à la rentrée. Sinon, tant pis. A vrai dire, je n’avais pas vraiment de doute sur la réponse. Les documents qu’on renvoie leur permettent de voir notre niveau d’études et nos expériences ainsi que les pays par où on est passé. Rien de rédhibitoire dans mon cas. Il fallait juste prendre mon mal en patience.
Finalement, 3 jours plus tard, le 16 mai donc, je reçois un mail m’indiquant qu’il faut que je me connecte à mon compte. Ah bon? Déjà un message? Et là… La fameuse lettre d’introduction… ça y est, c’est accepté! Re-larmes, sauts de joie… J’ai relu au moins 10 fois cette lettre pour m’assurer de son contenu!
Bon, ben, j’ai maintenant un an pour organiser mon départ…

Donc, en résumé: inscription début décembre 2015, lettre d’invitation fin avril 2016, rendu des documents le 13 mai, réception de la lettre d’introduction le 16 mai 2016, départ pour le Canada le 12 mai 2017…
Que l’aventure commence ! 🙂

img_1626Québec City, Place Royale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s