Jour 3 – Pinar Del Rio / Vinales

Pour ce troisième jour, nous partons à l’extérieur de La Havane, plus exactement à l’ouest, dans la province de Pinar del Rio, réputée notamment pour ses champs de tabac. C’est à environ 2h30 de la Havane, par une autoroute presque déserte et assez chaotique. Les routes à Cuba ne sont pas en très bon état, il est préférable de ne pas rouler trop vite pour éviter une crevaison. Mais nous avons toute confiance en Obaldo, notre chauffeur de choc.

FB_IMG_1439538377223

Il y a également beaucoup de monde au bord de la route. Les voitures privées étant presque impossibles (le droit de propriété est très différent de ce que l’on peut concevoir en France), la majeure partie des voiture qui roulent appartiennent à l’Etat. Les conducteur ont donc obligation se s’arrêter pendre les auto-stoppeurs. C’est un peu différents pour les bus touristiques: lorsqu’il y a des touristes, ils ne peuvent pas prendre de passagers cubains. En revanche, quand ils sont vides, ils ont également l’obligation de passer par les gares routières récupérer des passagers cubains qui vont dans la même direction qu’eux. On y voit aussi des gens à vélo, à cheval, à moto…

FB_IMG_1439538366486

Nous faisons un premier arrêt à la Casa Garay : la fabrique de Guayabita del Pinar. C’est une liqueur typique de la province fabriquée à base de petites baies noires. Cette boisson à 40° était la préférée des planteurs de tabac de la zone pour lutter contre le froid des premières heures de la matinée.

Nous continuons avec la visite de la  fabrique de cigares Francisco Donatien à Pinar. Très intéressant de voir ses hommes et ses femmes à l’œuvre pour confectionner les cigares. Ils ont une telle dextérité!  Les photos et les sacs ne sont pas autorisés dans l’enceinte de l’usine. La chaleur est très présente et l’odeur du tabac assez forte. Cette sensation est digne d’un vieux film.

FB_IMG_1439538404210

Nous continuons notre route et nous arrêtons déjeuner à Cuevas de los Cimarrones. Un restaurant étonnant, au pied d’une montagne, avec différentes paillotes toutes à effigie d’un dieu de la religion caribéenne vaudoo, diposées autour de la paillote avec le barbecue. Leur spécialité est le poulet rôti aux épices et c’est un délice! Le tout est accompagné de riz jaune et de pommes de terre vapeur. pour le dessert, nous avons du fromage avec de la papaye ou goyave confites. Le mélange salé sucré est très bon.

Pour rejoindre notre bus, nous devons traverser la montagne. La traversée du tunnel est assez rapide. Il y en a pour 5 à 10 minutes environ, c’est sombre, mais il y a un peu d’éclairage malgré tout. Nous ressortons, et là, surprise, un bar sous la grotte, c’est magnifique.

Nous reprenons la route pour La Havane, mais avant cela, nous faisons un stop au Mirador Los Jazmines qui nous permet d’observer le magnifique panorama de la vallée des Mogotes. Cette vallée est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et on comprend pourquoi.

FB_IMG_1439538429991

De retour à la Havane, nous dinons à l’hôtel. C’est déjà notre dernier jour sur La Havane. On décide alors de prendre un taxi pour nous rendre un dernière fois dans la vieille ville et pour déguster un mojito Plaza de la Catedral.

Publicités

Jour 2 – La Havane

Lever relativement tôt pour ce premier jour de vacances… Petit déjeuner au bord d’une des piscine de l’hôtel, il fait déjà chaud et humide, en essayant de trouver de quoi manger. Il faut le dire, il ne manque pas de nourriture dans les hôtels, bien au contraire! Mais nous savons par avance que cela ne va pas être un séjour gastronomique. Les Cubains font bien ce qu’ils peuvent avec les arrivages de denrées. Les touristes sont chanceux, ils sont préservés au maximum, ce qui n’est pas le cas des locaux.

FB_IMG_1439538331817

Le petit déjeuner avalé, nous commençons à faire la queue au bureau de change qui se situe même à l’intérieur de l’hôtel. En effet, comme dis précédemment, il est impossible de faire du change à l’extérieur de Cuba. Nous arrivons donc avec nos euros pour les changer en CUC (pesos convertibles). Le taux du jour est à 1,08 environ. La file s’allonge, le bureau n’est toujours pas ouvert et le temps passe. Nous devons retrouver notre guide pour l’exploration de la capitale cubaine et le temps commence à presser (les joies des séjours organisés!). Certains ont tenté de faire le change directement à la réception de l’hôtel. Le taux de change est légèrement moins avantageux (à 2 ou 3 centimes prêts). C’est ce que nous décidons de faire au final, car ça va beaucoup plus vie. En effet, pas de formalités administratives comme au bureau de change, où ils demandent le passeport, doivent remplir des formulaires, etc… J’en profite donc aussi pour demander s’il est possible d’avoir des codes pour se connecter à internet. Malheureusement, cela ne sera pas possible… On est à Cuba, capitale ou pas, pas d’internet!

IMG_20150812_225613

Nous sommes prêts à attaquer cette journée qui s’annonce très ensoleillée et assez chaude. Nous taxis nous attendent déjà devant l’hôtel. Il s’agit de voitures anciennes américaines, elles sont juste magnifiques! Les chauffeurs les briquent comme des sous neufs avec des peaux de chamois avant de nous faire monter dedans. Cette attraction a beau faire très touristique, c’est quand même quelque chose à faire! Notre voiture date de 1954!

FB_IMG_1439538337527

Nous traversons le quartier chic et résidentiel de Miramar, où sont installées les principales ambassades internationales, vient ensuite en bord de mer, où nous longeons le Malecon, une longue corniche qui rejoint le centre de La Havane. Nous faisons un premier arrêt au Calejon de Hammel: un quartier réhabilité en musée à ciel ouvert. Il y des choses vraiment surprenantes, comme ces baignoires peintes incrustées dans les murs. Nous reprenons nos superbes voitures vers la Plaza de la Revolution, une immense place bordée de bâtiments administratifs et de ministères. Nous nous rendons compte alors de l’impacte du communisme. Nous laissons nos voitures à regret pour reprendre le bus, direction la vieille ville.

IMG_20150812_225651

Nous explorons les différentes rues, ruelles et places à pieds. Il y a pas mal de monde dans les rues, beaucoup de musique, c’est très agréable. La Plaza de la Catedral est majestueuse et jolie. Nous nous arrêtons Plaza de Armas où se trouve le Palacio de los Capitanes Generales. Il abrite aujourd’hui le musée de la ville. Pour la petite histoire, les rues de la ville sont pavées, sauf devant ce palais où le sol est recouvert de bois, pour éviter que les sabots des chevaux fassent trop de bruit et réveille le propriétaire des lieux!

Avant d’aller déjeuner, nous passons par la rue Empedrado où se trouve la célèbre Bodeguita del Medio chère au cœur d’Hemingway, là où il aimait déguster son mojito.

FB_IMG_1439538351934

Nous nous arrêtons au restaurant La Impreta pour y déjeuner. Le lieu est impressionnant. Il s’agit d’une ancienne imprimerie, ciel ouvert, où il y a encore des machines de l’époque. Au menu: crudités (choux, concombre, tomate), poisson accompagné de riz blanc et de pommes de terre vapeur et une crème caramel pour le dessert. C’était très bien présenté et très bon.

Nous reprenons notre chemin direction El Museo del Ron Havana Club. Le musée est très bien fait, une maquette représente même comment cela se passait à l’époque des trains à vapeur. Impressionnée par ces grands tonneaux de chêne qui viennent de France, le guide du musée nous explique que le rhum, c’est avant tout une histoire de savoir faire et d’assemblages très précis réalisés par très peu de personnes. Ils doivent être 4 ou 5 au Havana Club à pouvoir le faire, c’est dire. Et les formations des personnes se font au compte-goutte. La visite se finit forcément par une dégustation et les meilleures conseils pour réussir un mojito ou un cuba libre!

20150517_150009

Nous terminons cette visite de la Havane par la Plaza San Francisco. Des coco taxis nous attendent pour nous faire traverser la ville avant de retourner à notre hôtel. Cette expérience a été décoiffante et vivifiante! Attention à la pollution très présente à La Havane. Respirer les gaz d’échappement n’est pas très commode, mais les coco taxis nous ont beaucoup fait rire. Autant bien s’accrocher, les chauffeurs s’amusaient à faire la course! Nous avons traversé différents quartiers: le Parque Central bordé par le Gran Teatro Garcia Lorca et el Capitolio Nacional (le Capitole – réplique de celui de Washington), le Parque de la Fraternidad, le Barrio Chino (quartier chinois), avant de rejoindre le Malecon puis l’hôtel.

Il fait chaud et beau, nous profitons de cette fin de journée au bord de la piscine de l’hôtel avant de pouvoir observer un magnifique coucher de soleil sur la mer….

IMG_20150812_225804

Jour 1 – Arrivée à La Havane

IMG_20150812_225322

Le grand jour est arrivé… Départ aujourd’hui pour Cuba!
Le groupe devait se retrouver à l’aéroport de Lyon Saint Exupéry à 11h, ce samedi 16 mai 2015. Quel plaisir de retrouver d’anciens collègues, leur conjoint (es), les autres aussi, qu’on ne connait pas, mais avec qui nous allons passé 10 jours ensemble… Peut-être une pointe d’appréhension tout de même.
Le voyage se fera avec Air France. Ce qui me va très bien. En même temps, direction Cuba, il y a très peu de compagnies aériennes.
Les bagages étant enregistrés, nous nous dirigeons vers la zone d’embarcation et cela commence par la fouille et l’examen aux rayons X des bagages cabine. Nous sommes prêts à attendre l’avion.
Il fait gris et pas très chaud, on espère trouver la chaleur et le soleil à Cuba!
Le premier vol se passe sans difficultés, le ciel étant très bien dégagé au dessus des nuages, nous apercevons même le Mont Blanc au loin!
Arrivés à Paris, nous nous dirigeons vers le nouveau terminal pour le vol suivant. Pas besoin de récupérer les bagages, tout est organisé pour cela.
Cette fois-ci, l’avion est bien plus grand, chaque siège est doté d’un écran individuel et d’un kit de voyage (couverture, oreiller, casque audio, masque de sommeil…).
C’est maintenant parti pour 10h de voyage environ… Pendant ce temps, impossible de dormir tant l’excitation est là, malgré les 6 heures de décalages horaires à l’arrivée, c’est bien difficile de ne pas se laisser tenter par les films proposés et les pauses repas!

Nous arrivons à l’aéroport de la Havane, sous une chaleur de plomb! La voilà la chaleur tant attendue…
L’aéroport semble minuscule, il n’y a qu’une salle d’embarquement. Nous nous apprêtons à passer  les contrôles de l’immigration. Et c’est là que va commencer l’immersion… Ne parlant pas un mot d’espagnol, je redoute un peu se moment là.
Une fois les empreintes et la photo prises , le tampon apposé sur le passeport et la deuxième partie du visa récupérée (pour le retour, impératif, sinon on ne peut pas sortir du pays!), nous sommes prêts à récupérer nos bagages et à trouver notre guide.

Notre guide Daisy nous attend ainsi que notre chauffeur Osbaldo. Ils seront avec nous pratiquement sur tout le séjour.

Il fait nuit noire. Nous arrivons à peu près vers 22h à l’hôtel PANORAMA**** à La Havane, situé juste face à la mer dans le quartier résidentiel de Miramar… Gros hôtel assez imposant, il dispose de 317 chambres. Nous sommes accueillis à la réception, on nous donne nos clés de chambre. Juste le temps de poser les valises (je n’ai même pas pris le temps d’explorer ma chambre… Juste de me rendre compte qu’elle était bien plus grande que mon appartement lyonnais!), nous nous rendons au 11ème étage de l’hôtel, au bar, où on nous propose des sandwiches, fruits frais et jus pour nous sustenter avant d’aller se coucher pour une nuit bien méritée… Il est 23h à La Havane, alors qu’en France, il est déjà 5h du matin.

20150517_075906

Préparation du voyage

FB_IMG_1435610861979

Cette destination me trottait dans la tête depuis un petit moment. Ne parlant pas espagnol, ayant entendu des retours d’expériences parfois hippiques, je ne me sentais pas du tout les capacités à organiser le séjour de A à Z seule. Et l’occasion s’est présentée avec mon comité d’entreprise qui proposait cette destination dans le catalogue 2015. Les inscriptions faites, le tirage au sort passé (eh oui, ce n’est pas de tout repos!), j’ai appris que je partirai à Cuba pendant 10 jours en mai. Je ne suis pas une grande fan des voyages tout organisé, mais sur certaines destinations, cela peut s’avérer utile. Ravie, rien à s’occuper ou presque, je pouvais envisager ce départ sans stress.

FB_IMG_1439538538282

Voici malgré tout quelques conseils et pistes de préparation.

Avant le séjour

Billets d’avion: l’organisme de voyage s’occupant de tout, nous n’avons pas eu le choix. Nous sommes partis avec Air France, ce qui me va plutôt bien.
Il a fallu fournir une copie du passeport à l’agence pour qu’elle prépare les billets et les démarches pour le visa.
Arrivés à l’aéroport, nous devions récupérer nos billets d’avion directement à un comptoir spécifique pour nous, ce qui nous a épargné de penser à s’enregistrer en ligne 30h minimum avant le départ. L’inconvénient, c’est que nous n’avons pas pu choisir nos places dans l’avion.

Hébergement: nous étions logés à chaque étape de notre séjour dans des hôtels, parfois plusieurs nuits consécutives. Les hôtels étaient pour certains modestes, mais tout à fait corrects. Il faut bien s’imaginer qu’un hôtel*** est différent d’un hôtel*** en France, mais nous n’avons jamais été déçus et mal accueillis. Les hôtels appartiennent tous à l’Etat. Après les emplacement et les niveaux de gamme peuvent varier. Les hôtels que nous avions étaient tous équipés de restaurant avec buffet à volonté. En fonction des formules choisies, la boisson peut-être payante le soir (même de l’eau).
Voici les liens des hôtels fréquentés pendant le séjour:
– La Havane (dans le quartier de Miramar), 3 nuits : Hôtel H10 Habana Panorama****
– Topes de Collantes (en pleine forêt tropicale), 1 nuit : Hôtel Los Helechos***
– Trinidad (sur les hauteurs, mais à 10 min à pieds du centre, chambre au pied de la piscine…), 2 nuits: Hôtel Las Cuevas***
– Varadero (dans le quartier des hôtels touristiques en bord de mer, assez loin du centre ville, mais possibilité d’y aller en bus ou en taxi), 3 nuits: Hôtel Memories Beach Resort****

Pour les hébergements chez les particuliers, ce n’est pas possible partout. Les Cubains n’ont pas le droit d’héberger des gens chez eux. Il faut donc réserver des chambres dans des casa particular. C’est des chambres louées par des particuliers officiellement déclarées. Ces maisons sont reconnaissables avec une pancarte avec une petite ancre bleue sur fond blanc accrochée sur la façade.

Valise: point important, cela va dépendre à quel moment on part. Il y a 2 saisons à Cuba: la saison sèche et la saison des pluies. Mais en fonction du mois de départ, cela peut varier. Par exemple, il fera moins chaud si vous partez en mars qu’en mai, alors que nous sommes encore dans la saison sèche. La saison des pluies arrive en juin jusqu’en octobre. A cette époque, il peut y avoir des grosses pluies, voir des typhons.
Nous sommes partis en mai, au plus chaud de la saison sèche. Donc pas trop de soucis à préparer la valise: que des tenues légères, maillots de bains et chapeau.

Pharmacie: ne surtout pas oublier sa crème solaire! C’est impératif. Le soleil n’est pas du tout le même qu’en France et il chauffe. Même avec un indice 50 on bronze (pas tout de suite, mais en rentrant, j’étais très bronzée), pourtant j’étais assez sceptique (je ne mets jamais de crème, ou alors à faible indice).
Ne pas oublier de prendre des médicaments contre les vomissements, les diarrhées, maux de ventre, etc… Avec la chaleur, on peut facilement tomber malade. Le problème à Cuba, c’est qu’il n’y a pas tous ces médicaments et qu’en fonction des arrivages, certains, même les plus basiques, peuvent être en rupture de stock. N’hésitez pas à laisser en partant les comprimés que vous n’aurez pas utilisé. Quoi qu’il en soit, je vous conseille d’aller faire un petit tour chez votre médecin avant le départ, il saura quoi vous indiquer.
Vous pouvez aussi prendre des produits d’hygiène que vous pourrez laisser dans les hôtels ou les donner à des personnes dans la rue.

Photo: Ne pas oublier l’appareil photo, sa batterie, et une carte mémoire suffisamment pourvue mais évitez de vous encombrer d’un ordinateur ou d’une tablette, vous n’en aurez pas l’utilité, car il n’y a pas internet.

Sur place

Le visa: le document se présente avec deux volets. Le premier sera donné au contrôle de l’immigration en arrivant. Le second est à garder pour pouvoir repartir. En effet, il faut le donner au contrôle de l’immigration en repartant. Attention, si vous le perdez, cela peut-être problématique.

Le change: il y a 2 monnaies à Cuba: une pour les touristes, côtée sur le dollar US, et une pour les locaux, beaucoup moins forte. Nous utiliserons le CUC (peso cubain convertible). Il est impossible de faire du change avant de partir. Il faut donc le faire sur place en arrivant. Les hôtels sont assez bien équipés. Les grands hôtels disposent de bureaux de change et il est possible d’en faire aussi à la réception.
Les paiements en CB ne sont pas bien développés, à part dans certains grands magasins et à l’aéroport. Il faut donc prévoir suffisamment d’espèces.

Budget: vu que je suis en formule « séjour organisé », il a beaucoup de frais déjà réglé. Je ne rentrerai pas dansle détail du coût du voyage réglé, car c’est un prix dont une partie est pris en charge par le CE et que ce coût de base du séjour a été aussi négocié auprès de l’agence de voyage.
En revanche, sur place, il faut prévoir quelques centaines d’euros. A part quelques CUC dépensés à droite ou à gauche pour des souvenirs, il ne faut pas oublier les pourboires pour notre guide et notre chauffeur et tout les autres (femmes de ménage des hôtels, dames pipi dans les restaurants, guides spécifiques sur certaines sorties, etc…). Et sur la dernière partie de notre séjour, des options payantes seront proposées (sortie en catamaran et nager avec des dauphins, sortie plongée, massages au spa, etc…). Avec le CUC, les prestations ne reviennent pas moins chères. J’en parlerai directement dans les articles à suivre. Au total, j’ai dépensé 400 € euros sur place en étant à l’aise.

En partant

A l’aéroport: on n’oublie surtout pas son passeport et son visa! Sinon, si vous faites des achats, attention…. N’oubliez pas les règles de sureté: liquides, objets tranchants, tabac, etc…
Pour les liquides, vous devez impérativement avoir une preuve d’achat et un sac spécial. Les caissiers ne donnent pas de tickets si vous régler vos achats en espèces, même si vous leur demandez. Il faut donc payer en CB et bien l’accrocher au sachet. Ce sachet (transparent avec une bande rouge) est obligatoire si vous transportez des liquides. Il faudra le demander et le payer (1 CUC). Si vous avez vos bouteilles emballées dans le sachet mais sans le ticket, une fois arrivés en France, les bouteilles seront confisquées. Nous l’avons vécu et nous étions tous très en colère… En voulant liquider nos derniers CUC à l’aéroport, nous avons acheté des bouteilles de crèmes de rhum (3 CUC chacune + 1 sachet transparent pour la douane). Nous avons bien demandé le ticket, le caissier n’a pas voulu le donner car c’était un paiement en espèces. Arrivés à la Douane à Paris, même en expliquant tout ça, ils n’ont rien voulu savoir… Heureusement que ce n’était pas des bouteilles à 30 CUC!

20150518_121750